Le Pigeon rameron

 

Texte : Célestin Diaz

Photos: Pierre Lopez 

 

Diamètre des bagues : 8 mm

 

 

Traductions                                                                             

Latin :                                      Columba arquatrix

Nom français usuel :               Pigeon des olives

Anglais :                                   African Olive Pigeon, Rameron Pigeon

Allemand :                                Oliventaube

Espagnol :                                Paloma ojigualda

 

 

 

 

Origine

L’espèce est africaine.

 

Description :

            La couleur d’ensemble est un gris bleuté à reflets pourpres, sur lequel tranche le jaune vif des pattes, du bec et du cercle oculaire, ainsi que de l’iris. La tête et le cou, plus clairs, présentent une ornementation écaillée par alternance de marques sombres et claires. La poitrine, les couvertures alaires, le dos et les flancs s’ornent de points blancs. Les rémiges et les rectrices sont noirâtres à reflets mauves. Les deux sexes sont semblables.

 

Vie à l’état sauvage :

            Ce Pigeon vit dans les forêts, préférentiellement sur la canopée, mais se rend dans les cultures pour s’y nourrir. Il consomme des olives, d’où son nom, mais également d’autres fruits de taille comparable, des graines, occasionnellement des insectes et des larves. Il prend sa nourriture sur les arbres ou au sol. L’espèce vit en couple ou en petit groupe. La reproduction est possible toute l’année selon les régions. Dans le sud de son aire de répartition, l’espèce semble assez nomade, probablement en fonction de la nourriture disponible.

 

Expérience  d’élevage :

            Mes oiseaux proviennent d’importation. J’en possède un couple, détenu dans une volière plantée de 6 mètres de long, 3 mètres de large et 2 mètres de haut. La moitié de la volière est couverte, elle est abritée du vent du Nord. Mon couple cohabite avec un couple de Colombes à bandeau grenat, un couple de Cardinaux de Virginie et un couple de Perdrix des bambous. Le Pigeon rameron est très sociable.

 

            Je les nourris avec un bon mélange pour Pigeons, que je modifie en remplaçant les féverolles et le maïs par du cardy et du sorgho.

 

 Elevage :

             Les oiseaux sont capables de se reproduire à partir de l’âge d’un an. Les deux sexes étant semblables, le sexage est difficile. La ponte se compose d’un seul œuf, couvé pendant 17 jours par les deux parents. Le jeune reste au nid environ 50 à 60 jours, puis il est nourri par ses parents pendant environ une quinzaine de jours après sa sortie du nid. La cohabitation des jeunes avec les parents est bonne. Chez moi ces oiseaux font en général trois à quatre nichées par an. Je me plais à signaler que pendant qu’il faisait –10°C en hiver un petit est né et qu’il est devenu superbe.

 

            Particularité de cette espèce : Le plumage est très serré. Au moment de la mue il faut supplémenter la ration en vitamines, et maintenir cet apport pendant toute la durée de la mue.

                                                                                                                                   

 

 Remarque :

             le dessin strié sur les côtés (et l’arrière) du cou chez le Pigeon rameron (je trouve que c’est plus net chez le jeune) fait penser à celui qu’on observe chez notre Pigeon ramier adulte (Columba palumbus), mais également à celui de la Tourterelle des bois (Streptopelia turtur) et de certaines autres espèces des genres Streptopelia et Columba. Ces observations, et d’autres, suggèrent que cette striation sur les côtés du cou a pu être la robe typique des oiseaux ancêtres de ces deux genres, peut-être à un stade où ces ancêtres étaient communs. Actuellement, après des millénaires d’évolution, ce dessin ne se retrouve plus que chez quelques espèces, sur certains patrons juvéniles, et, expérimentalement, lors de certaines hybridations.                                                                                       

Thierry Girod

retour